< Chateau Rochechinard
Château de Rochechinard
Bibliographie Articles Carte postale & photo ancienne Peinture & dessin
Accueil Historique Plans Travaux Publications L'association A visiter
Page précédente Haut de page Page suivante-->
© Copyright 2008 -- Design --alb-- Mise à jour : 02/2015

  Château de Rochechinard, entre légende et réalité.
  Article de L'Almanach de l'Ardèche Numéro 14 -Auteur Bruno Heckmann.

                            ......................................L'article...................

  Société de Sauvegarde des Monuments Anciens de la Drôme
  Extrait d'article de DRÔME PATRIMOINE Numéro 7 _septembre 2008.

                            ......................................L'article...................

  La prison dorée d'un prince turc
 Article du Dauphiné Libéré du 5 Aout 2007 -Auteur Marie-Noelle CACHERAT .

  La légende court dans les vertes collines du Royans qu'un prince turc se serait converti
 au christianisme pour épouser la belle Philippe-Hélène de Sassenage dont il était tombé
 éperdument amoureux lors d'un court séjour obligé dans la région.
  L'histoire de l'Europe en aurait'elle été boulversée?
  Fils de Mehemet II Al Fathi, qui en 1453 fit trembler l'Europe en renversant Constantinople,
 Djem connut une destiné d'otage................................... L'article complet.................

  Timbré de vieilles pierres
 Article du Dauphiné Libéré du 8 Aout 2007 -Auteur Marie-Noelle CACHERAT.

  Erigé problablement au XIe siècle sur son rocher, le château de Rochechinard a été
 complètement boulversé à la fin du XVe siècle.
 "C'était une forteresse à la pointe du progrès, sans doute un jalon important dans l'histoire
 de l'architecture militaire" commente l'historien Josselin Derbier.
  C'était aussi une résidence. La famille Alleman le transfigure en faisant bâtir une tour
 à canon ouverte sur la gorge et flanquée d'une barbacane............................L'article complet..................

  Le château de Rochechinard
  Article du Dauphiné Libéré du 30 Novembre 1969 - Auteur Jean-Louis RUCHON.

  Malgré les atteintes du temps, la forteresse n'a rien perdu de sa grandeur.
  Ses ruines se dressent sur leur plate-forme rocheuse dans un écrin de végétation
 qui en cette période automnale, compose une véritable symphonie de couleurs.
  Du pont-levis défendant l'entrée, il ne reste plus rien.
  Pas de douves, mais l'abîme, le visiteur ayant peiné pour gravir l'étroit sentier conduisant au pied
 de la forteresse est payé de sa peine en découvant l'admirable panorama qui s'offre à sa vue.
  Les ans ont fait s'écrouler les remparts. Seul le donjon à traversé les siècles et se dresse encore,
 altier symbole de ce que fut la puissance seigneuriale...........................L'article complet..............